KOREA VETERANS ASSOCIATION 
OF CANADA INC

L'ASSOCIATION CANADIENNE DES VÉTÉRANS DE LA CORÉE

 

LA PARTICIPATION CANADIENNE À LA GUERRE DE CORÉE

La Guerre et le Maintien de la Paix

LES DÉBUTS DE LA GUERRE   *   LES CANADIENS AUX COMBATS

Les Années du Maintien de la Paix    *    Un rétrospectif

Un dimanche matin, du 25 juin, l950, 135,000 hommes de troupes de l’armée populaire de la Corée du Nord, se foncent un chemin au sud, à travers un matin sans soleil et à travers les pluies des moussons. La brèche principale de cette invasion se fit dans la vallée de Ch`Orwon, traversant ainsi la 38` parralelle au corridor de Ui Jong Bu. A ce moment critique une brêche directe sur la capitale, de cette nouvelle République de la Corée du Sud.

La Corée, le pays du Matin Calme , par cette sournoise attaque du Nord, à fait subir un rechauffement de la Guerre Froide, une situation difficile pour tous. 

Au moment de la cessation de la guerre civile des deux Corées, six millions de la population civil et militaire périssaient. Presque un demi million de combattants chinois de l’armée de la Libération du Peuple du Nord, y laissaient leurs vies. Ajouter à se bain de sang, les forces américaines qui avaient fournis le plus impréssionant contingent du commandement des Nations Unies, subissaient 103.284 blessés, et 54,000 morts au combats, en plus 8,177 disparues. Le Canada subissait donc 1,558 blesses, et 516 décès. Un nombre total des forces unisiennes décédées, blessées ou manquantes se chiffrait à 996,937.

Haut de la page

LES ORIGINES DE CETTE GUERRE

Suite à la fin des hostilités en Europe, après la Deuxième Guèrre Mondiale, les regards se tournent vers la région du Pacifique Les grands planificateurs américains avaient des projets pour une longue et pénible campagne envers l’Empire Japonnais a y déloger tous les territoires déjà sous le joug japonnais. Les américains demandaient déjà de l’aide des Soviets pour leur projet d’invasion du Japon. Des ententes en consequences furent signées par les pays alliés aux Conférences de Yalta et Potsdam en l945.

Après les bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki et à la suite de l’arrêt de guèrre avec le Japon, les Américains se concernent de l’invasion massive sur les territoires de la manchourie et de la Corée du Nord par les troupes de l’URRS. 

Le commandement américain suggère un partage géographique de la péninsule coréenne. Par la suite, les soviets décident de réduire leurs influences en Asie afin de concentrer leurs efforts de la guerre froide en Europe.

La tragédie de la situation coréenne avait des racines sur des projets politiques à l’échèle Mondiale. La péninsule coréenne fut donc divisée en deux à partir de la 38", non pour le peuple coréen mais pour satisfaire la politique des USA et de l’URRS. Cette division ne devait durer plus long qu’une prochaine élection de réunification. A ce jour cette élection pas eu lieu.

En 1994, des documents secrets déclassifiés obtenues des différents ministères de l’ex UR et en juin de cette même année, le président Russe,Yeltsin présente ses documents très classifiés au président Kim Young Sam, de la Corée du sud, en rapport avec le conflit coréen. Ses documents révélateurs démontraient clairement, qu’en 1949, le politbureau du système Soviet, rejetait un appel du président Kim Il Sung, pour une participation à l’invasion de la Corée du Sud. Cependant en l950, au début d’avril, Joseph Stalin décida autrement avec l’espoir qu"une telle invasion serait couronné de succès, et ceci avant que les USA interviennent.

Ce même document démontre que les Soviets ne participeraient pas directment à cette invasion de peur de déplaire aux USA. Cependant, ils encouragèrent fortement le gouvernemet de la Republique Chinoise avec aide et equipement, a une implication totale, advenant un retrait ou défaite des forces nordistes.

Immédiatement après l'annonce de l'invasion sournoise, le président des Etats-Unis, Harry S. Trueman, ordonnait ses troupes au combat sous la bannière des Nations Unies. Quinze autres nations y compris le Canada répondaient à l'appel de défendre une jeune république en détresse. D'autres nations offraient l'assistances sous la forme d'aides médicaux en remplacement d'hommes de troupe.

Au tout début, les é1éments nordistes cormaissaient un succès sans riposte. Trois jours après l'invasion, la ville de Séoul, tombe. En août de la même année, ils encerclent la villle de Pusan au sud.

De tous les contingents unisiens attendus, les troupes Américaines, furent les premiers à porter de l'assistance à l'armée du Sud très mal équipée. Des batailles sanglantes avaient lieus dans le périmère de Pusan à partir du mois de septembre.

Mais la stratégie du Général MacArthur, maintenant nommé commandant des Forces de l'ONU, réussit une brillante stratège avec son invasion par mer, dans l'ouest du pays, plus précisément dans la région du Port d'In chon le 15 septembre 1950. La fin de ce mois, les forces du Nord, sont complètement coupées de leur ligne de revitaillement. Libre, les forces de I'ONU avancent rapidement vers le nord aux frontieres de la Manchourie, divisé par la rivière Yalou.  En octobre, la guerre prend un tournant difficile, pour les forces de l'ONU. Les troupes communistes de la Republique Polupaire de Chine, traversent le Yalou et entre en guerre contre les troupes des Nations Unis, et par la force de nombres, réusissent à repousser les troupes unisiennes vers le sud. En janvier 1951, les forces communistes nordistes et chinoises , capturent pour la deuxième fois, la ville de Séoul. Des batailles sporadiques et persistentes avaient lieu entre les unisiens et les é1éments communistes pour les prochains six mois.

Haut de la page

LES TROUPES CANADIENNES AUX COMBATS

Dès le 30 juillet, 1950, trois destroyers canadiens, les Cayuga, Arthabaska et le Sioux; arrivaient à Sasébo, Japon, avec le mandat de faire direction pour les eaux territoriales coréenne. Cinq autres catégories de vaisseaux servaient sous le commandement de Nations Unies durant cette guerre. Toujours en 1950, 1'escadron No 426, de transport aérien de l'ARC basé à Lachine, répondait à l'appel des Nations Unies. Plus de 600 vols a sont actifs, elle transporte sans accidents : 13,000 passagers militaires, des blessés et 3 millions de kilograms de frets, d'équipement de guerre. En plus l'ARC fournie 22 pilotes de chasse, a servir dans des unités USAF, durant tout la durée du conflit.

Les forces terrestres canadienne, subissaient leur premier désastre lorsque 17 membres d'un régiment d'artillerie en route pour la Corée, perdaient la vie dans un accident férrovière en novembre 1950. Afin de commémorer ce drame une cérémonie à lieu chaque année au monument érigé en CB.

Par la suite, le premier contingent canadien, le deuxième bataillon, du Princess Patricia's Canadian Light Regiment arrivait accompagner d 'autres troupes, en sol coréen, En avril 1951, ce même bataillon, dans une bataille acharnée, faisait honneur au Canada, recevant ainsi une citation présidentielle USA participant avec honneur à une action défensive qui contribua à stopper une avance ennemi dans le secteur UN à Kap'Yong.

En mai 1951, les é1éments de la 25e Brigade Infanterie canadienne, trois bataillons d'infanterie, les deuxièmes Royal Canadian Régiment, le Royal 22e Régiment, y inclus les armes de soutiens et le système logistique, prenaient officiellement part aux nombreux combats qui allaient suivres. Le PPCLl se joignait maintenant à la brigade canadienne aprés avoir servi sous les ordres de la 28 Commonwealth Brigade. A ce moment, la brigade canadienne est subordonnée aux ordres de la Première Division du Commonwealth. La bataille de Chai'Li avait lieu en mail 1951.

Durant l'été et l'automne 1951, les forces unisiennes continuaient leurs poussées vers, le nord à la 38' parrallelle, pendant que les pourparlés de paix avaient lieu à Kay'Song et à Pan'Mun'Jun. Les deux armées opposantes sont dans un impasse dans un No-mans-land. Les uns a quelques kilomètres de distance. Durant cette phase stationnaire de cette guerre, jusqu'au cesser-le feux, du 27 juillet 1953, de nombreuses battailles sanglantes prenait places, avec but d'engagement des points stratégiques en hauteurs.

Des lieux de batailles sanglants tels Sami-chon, les hauteurs 187, 227, 166, 113, 159, 355 et le Hook se classent parmis les honneurs de battailles dans l'histoire de cette guerre en Corée.

Haut de la page

LES ANNéES DU MAINTIEN DE LA PAIX

Le 27 juillet 1953 les béligérents s'entendents et une convention de paix signée est acceptée. Une ligne de démarcation militaire est établie et acceptée par les parties. Les armées se retirent sur une zone de deux kilomètres le long de la 38' paralèlle connue sous le terme de Zone Démilitarisée.

De longue années de maintien de la Paix débutent ainsi des patrouilles d'observations s'étendent de la Mer Jaune sur la côte ouest de la péninsule à la Mer du Japon dans l'est. Le secteur canadien couvrait des secteurs et des anciens lieux de combats tel la Cote 355, un monument de courage de vaillance et de sang. Les hommes aux en place quelques soient leurs époque de de service en Corée subissaient les mêmes rigueurs des é1éments, les étés chaudes, humides, poussièes, pluies torrencielles, les froids intenses sibériens dans cette péninsule.  Tous étaient d'accords que leur mission dans un pays négligé, infesté par des millénaires de polluants à certe laisser des traces sur leur systeme de san té, en plus sachant fort bien que 1'ennemi en face était en nombres supérieurs et avait la capacité d'anhéantir toutes les forces unisiennes en place n'importe quand.

En 1954, le transport de l'air militaire foumit par l'ARC cesse son pont aérien à partir de son port d'attache de McCord AF Base dans l'état de Washington. La flotte navale canadienne quitte les eaux territorials de la zone démilitarisée en 1955.

Le rôle opérationel de la brigade spéciale canadienne, se terminait le 18 novembre 1955. Le 2ème bataillon du Queens Owns du Canada, quittait la péninsule le 6 avril 1955, et devenait ainsi le demier bataillon d'infanterie à quitter la Corée.  A cette époque, la Corée avait en poste, qu'une quarantaine de soldats canadiens après la signature finale de l'Armistice, 6tant retenu. pour des tâches humanitaires, médicales et dentaires.  Finalement, le 28 juin 1957, les derniers spécialistes médicals quittaient le pays par le port d'In'Chon.

Quoique le Traité du Cesser-le-feu de 1953 existe toujours, il fut ébranlé à plusieurs reprises par des violations des ententes signées par le Nord plus, d'échanges de feux dans la zone libre, des tunnels creusés sous les montagnes et à la confrontation interminale dans les eaux de cette zone. Depuis 1953, cette zone sud, est sous le guet constant par des troupes USA et de la Corée du sud..

Haut de la page

EN RéTROSPECTIF

Des nations démocratiques de cette planéte ont une dette de reconnaissance enver ceux et celles qui ont servis dans les forces des Nations Unies en Corée. Les propos du président Trueman visaient juste au début des violations en Corée. Advenant que la Corée du Sud tombe sous le joug communiste, ses même chefs ou leaders, engageraient d'autres conflits jusqu'à nos portes et nos frontiéres. Le premier Soviet, Joseph Stalin avait des ambitions d'une domination mondiale de son systéme communisme.  Quoique I'Armistice de Pan Mun'Jun' était que cela et pas une victoire, ce fut cepandent, une victoire pour les Nations Unies tous, en persévérant et protégeant l'aspect démocratique et libre de la Corée du Sud, un trés important message était livré à l'Union Soviétique, que les nations libres et démocratiques étaient prètes à défendres ses droits aquis.

La Guèrre de Corée - Guerre Oublié

Durant des décennies, cette guerre fut simplement oubliée de l'histoire, les médias l'ignoraient pour la simple raison que les archives de cette guerre, qui a duré trois ans fesait surface périodiquement, avec mention comme un simple conflit asiatique. Cette situation est prouvée par 1'exemple suivant : Le Calgary Herald de 1975, publie l'histoire de la cité et ses contributions à 1'effort des guerres et en oublia éfrontément les honneurs de guerre en Corrée ou un regiment canadien, le PPCLI, était en poste à Calgary et fut le premier régiment canadien à se faire valoir en Corée.

Les fondations d'associations nationales dans de nombreux pays d'anciens de la Corée, deviennent très importants et font valoir les faits d'armes de ces combattants, au millieu du siècle dernier. En 1995, nos amis et compagnons d'armes américains érigaient à leurs frais, un monument commémoratif impressionnant à Washington, en présence d'une délégations d'une centaines de vétérans canadiens de Corrée pour les cérémonies officielles. Les membres canadiens aussi se dotte d'un monument comm6moratif `a Brampton Ontario en 1997. Ce monument contient les noms gravés des 516 canadiens qui sont morts pour la libération d'une nation en péril.

La Corée du sud, sous occupation japonnaise pendant 35 ans, résistait bien que mal a cette occupation. Cete nouvelle république bâtit sur les cendres de l'occupation et de la guerre, est devenue un meneur dans les nations industrialisées, ses citoyens bénéficient d'un haut standard de vie, contrairement d leurs frères et cousins du nord sous la domination d'un régime totalitaire. Le leader Kim 11 Jung continue dans les traces de son père et conserve son peuple sous une domination répressive. Les grands avancements dynarniques et techniques de la République du sud sont en grande parti dû a son peuple dynamique mais sans l'apport d'aide des Nations Unies en 1950, l'histoire aurait possiblement été écrite différente.

Les soldats canadiens se sentent fiers d'avoir participer en un revirement de l'histoire.

Haut de la page

 

Retour à la page principale

Français